mercredi 9 août 2017

Témoignage d'Anna Lkiss : Le goût du consentement








14 commentaires:

  1. C'est beau et génial et aaah! Merci. :) (engouement de magnitude 6 sur l'échelle du trop bien, oui)

    RépondreSupprimer
  2. Jolie histoire avec une "morale", ou en tout cas matière à réflexion. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Très très bien mais pourquoi parler du "goût du consentement" terme juridique, le "goût du désir" eut été plus approprié, non ? a moins de ne regarder le monde qu'à travers le prisme de la légalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'au contraire le terme de consentement a parfaitement sa place ici, au vu du nombre d'adolescents qui ne savent pas ce que c'est et au vu du nombre de problèmes, sans pour autant aller jusqu'au viol, qui persistent encore autour de ce mot. Amener un terme "juridique" permet de faire comprendre aux gens à quel point c'est important; ce n'est pas juste du désir, c'est quelque chose qui, s'il n'est pas respecté, est punis par la loi. C'est grave, et ça peut détruire.

      Supprimer
    2. Bah non en fait... Le consentement c'est pas "juste" un terme juridique. Ça devrait être la base dans toutes les relation. Le consentement ça doit intervenir a tout les stades d'une relation quelle qu'elle soit. Même pour faire un calins a tes mômes, même pour toucher l'épaule de ton pote. Si tu entre dans l'intimité de quelqu'un a n'importe quelle échelle le consentement intervient. Et c'est une notion vachement différente du désir. Tu peux désirer quelque chose, et pour autant pas consentir a ce que ça arrive...

      Et by the way, c'est pas a toi de poser TES mots sur le ressenti de quelqu'un d'autre. Cette bd ne s'appelle pas comme ça pour le style, elle a un sens, elle fait échoe a un vécu. Et manifestement au vu des réaction au vécu de beaucoup de gens. Donc non, "le gout du désir" non seulement n'est pas plus approprié mais enlève même tout son sens a cette bd. Et ne fait, encore une fois, que normaliser les actes non consentis en les romantisant. Bref...

      NON.

      Oila oila.

      Supprimer
    3. Débat intéressant... Effectivement, si l'auteur a choisi ces mots, c'est qu'ils ont un sens pour lui(ceux sont donc les meilleurs). Seul lui peut donc dire qu'ils sont justes où non, où qu'un autre mot conviendrait mieux. Maintenant la question se pose tout de même(dans l'optique où elle n'est ni fermée,ni un reproche, ni une affirmation).

      Chaque chose est perçue de manière différente pour chacun. "Parler" et "dire les choses", c'est différent. On peut se dire des choses sans parler. Et souvent le non-dit est plus important que ce que l'on entend."Faire un câlins a ses mômes" ne nécessite pas de consentement, c'est naturel(les deux partis impliqués le ressentent). L'amour n'a pas de sens c'est ce qui le rend merveilleux.

      Pour en revenir à notre cas de figure, la jeunesse du protagoniste joue surement sur son ressentie. Si iel avait eu envie qu'il l'embrasse le consentement n'aurait pas eu lieu (celui-ci étant évident) et le baisé aurait été un bon souvenir. Si par contre iel n'avait pas eu envie mais qu'iel avait consentit (poussé par la curiosité par exemple), elle n'aurait pas non plus pris plaisir( c'est comme un premier rapport sexuel). Le consentement n'est pas l'origine du plaisir, il ne vient qu'en seconde position après le désir et l'envie. La question de Jean Luc est donc légitime et ne mérite pas une réponse si directe que celle que tu propose tapouet. Le seul problème avec cette interrogation, c'est l'accusation qu'il porte à sa suite(la légalité n'ayant rien à voir avec les ressentis et les choix de l'auteur). Tout comme le dit si bien Kira Furi, si l'auteur la ressentit comme une "agression" alors "consentement a parfaitement sa place ici".

      Supprimer
  4. Jolie histoire. Après, faut pas généraliser. Tout ça, c'est aussi une question de sensibilité de chacun, de manière d'embrasser, de qualité de relation. Un baiser volé c'est pas un viol non plus et ça peut aider à briser la glace. Y'a plein de personnes et de situations différentes. Respecter l'autre, c'est assurément essentiel, mais après, y'a plein de cas de figure.

    RépondreSupprimer
  5. Sublime !!!
    Chacune de mes visites ici est une véritable bouffée d'air frais, un coup au coeur.
    Merci pour cette bd si douce et vraie.
    Merci et bravo !

    RépondreSupprimer
  6. J'admets ne pas comprendre ce principe là. Je veux dire, beaucoup de garçons m'ont embrassé sans me demander avant, et ça ne m'a jamais gêné, tant qu'il ne s'agissait pas d'un parfait inconnu. Si l'attirance n'était pas là, je détournais simplement la tête et lui disait que ce n'était pas réciproque. Je n'ai jamais eu l'impression que c'était malsain ou inapproprié. En fait je l'ai même fait plusieurs fois, lorsque je sentais que c'était le bon moment, si la personne en face de moi me repoussait, je ne réagissais pas mal pour autant, je m'excusais et c'était fini. Je n'ai jamais eu la sensation qu'il s'agisse d'un problème.. En fait je trouve ça même plutôt plaisant, quand c'est bienveillant je le sens, et ça ajoute une touche de spontanéité que j'apprécie. Pour moi le premier baiser c'est souvent le moment où on se jette à l'eau et où on joue le tout pour le tout, au risque de se prendre une veste, et s'il est rendu, c'est beau. Alors bien-sûr, si un parfait inconnu me roule une galoche avant même de m'avoir demandé mon nom, et sans avoir cherché à me connaître et à discuter plus d'une journée, non ça va clairement pas me plaire, et là je me sens agressée. Mais s'il a montré de l'intérêt réel pour moi, et que je sens qu'il ne veut pas me forcer la main, là ça ne me gêne pas. Dans le milieu libertin, ça me gêne d'être embrassé sans donner l'autorisation préalable ou au moins une discussion et un jeu de séduction évident. Je pense vraiment qu ça dépend des circonstances..!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ajoute, cela dit, que je trouve la BD plutôt claire et agréable à lire. Je voulais simplement partager mon avis, même si dans le fond on s'en fout, vu que ce qui compte c'est surtout le ressenti de l'auteur, au final. Et il est très bien exprimé. Je trouve néanmoins le débat intéressant!

      Supprimer